L’amélioration de la performance environnementale globale par l’évaluation environnementale

septembre-octobre-2020 Référence : ART-3_10-18 Auteur(s) : Fabrice BOSQUE (1), Emilie ADOIR (2), Antoine BESNIER (1), Laura FARRANT (3), Marie-Pierre LABAU (3), Bruno MATHELLIER (4), Alexandre MORENO (5), Sophie PENAVAYRE (2), (1) ITERG - 11 rue Gaspard Monge – F 33610 Canéjan (2) IFV - 210 Bd Victor Vermorel - CS 60320 – 69661 Villefranche-Sur-Saône, France (3) CTCPA - 2 allée Dominique Serres – 32000 Auch, France (4) CRITT Agro-alimentaire - 1, rue Marie-Aline Dusseau - ZA Technocéan - Chef de Baie - 17000 La Rochelle, France (5) ACTALIA – Avenue François Mitterrand - 17700 Surgères, France Retour >>

L’analyse du cycle de vie permet d’évaluer les impacts environnementaux de la production, l’utilisation et la fin de vie d’un produit alimentaire, et d’évaluer les gains potentiels dans une démarche d’écoconception. L’évaluation environnementale, tout comme la démarche d’écoconception, peut être réalisée à différentes échelles (opération unitaire, entreprise, filière). Des référentiels et des outils de calcul sectoriels existent désormais et permettent aux acteurs économiques des filières d’être de plus en plus autonomes dans leurs démarches d’évaluation et d’écoconception. Cette analyse environnementale, que les pouvoirs publics souhaitent utiliser comme base à l’affichage environnemental des produits alimentaires, nécessite de disposer de bases de données environnementales qu’il convient d’utiliser avec précautions, notamment à des fins d’information du consommateur et de comparaison d’aliments. Bien que fiable et robuste pour évaluer la performance environnementale de la production des aliments, la méthode présente encore certaines limites pour l’évaluation des systèmes alimentaires et la consommation des aliments.

 L’analyse du cycle de vie permet d’évaluer les impacts environnementaux de la production, l’utilisation et la fin de vie d’un produit alimentaire, et d’évaluer les gains potentiels dans une démarche d’écoconception. L’évaluation environnementale, tout comme la démarche d’écoconception, peut être réalisée à différentes échelles (opération unitaire, entreprise, filière). Des référentiels et des outils de calcul sectoriels existent désormais et permettent aux acteurs économiques des filières d’être de plus en plus autonomes dans leurs démarches d’évaluation et d’écoconception. Cette analyse environnementale, que les pouvoirs publics souhaitent utiliser comme base à l’affichage environnemental des produits alimentaires, nécessite de disposer de bases de données environnementales qu’il convient d’utiliser avec précautions, notamment à des fins d’information du consommateur et de comparaison d’aliments. Bien que fiable et robuste pour évaluer la performance environnementale de la production des aliments, la méthode présente encore certaines limites pour l’évaluation des systèmes alimentaires et la consommation des aliments.