Un point sur la désinsectisation et stabilisation microbiologique des denrées alimentaires peu hydratées par chauffage micro-ondes ou radiofréquences

mars-avril 2020 Référence : ARTICLE 5 - FLEURAT 14-20 Auteur(s) : Francis FLEURAT-LESSARD, Consultant en hygiène sanitaire des IAA - Insecto-Net IAA, 33170 GRADIGNAN, France Retour >>

Après un rappel du principe du chauffage rapide des matériaux diélectriques à faible conductibilité thermique par transfert d’énergie micro-ondes (MO) ou radiofréquences (RF), les avantages et les inconvénients des usages des MO et RF pour la désinsectisation ou la décontamination des denrées alimentaires faiblement hydratées (grains, graines, fruits et végétaux secs et leurs produits de transformation) sont rappelés. La montée des résistances des insectes nuisibles des denrées alimentaires de longue conservation aux pesticides ont relancé les études sur les applications des MO ou des RF pour la désinsectisation ou la stabilisation microbiologique des denrées peu hydratées à partir des années 2010. Les développements industriels actuels et potentiels des MO ou RF à la stabilisation sanitaire des denrées sèches sont décrits et illustrés par des exemples. La combinaison du chauffage MO et RF avec d’autres procédés physiques ouvre des perspectives nouvelles de désinsectisation ou de stabilisation microbiologique des denrées sèches, nues ou emballées, par un process physique propre et parfaitement contrôlé. Actuellement, la modélisation précise de la dynamique du transfert thermique dans les matériaux diélectriques permet d’optimiser la rapidité et l’homogénéité du chauffage volumique, pour un coût à la tonne traitée très compétitif par rapport aux procédés physiques conventionnels (séchoir à air chaud pulsé, IR, étuvage).