Les fruits et légumes conditionnés sous emballages biosourcés : méthode alternative de mesure simultanée des perméabilités à l’oxygène, au dioxyde de carbone et à l’eau de films fonctionnalisés

novembre-decembre 2019 Référence : Article 7 emballages biosources_20-24 Auteur(s) : Amandine COTTAZ 1, Keziban OZTURK 1, Manon BOULVEN 2, Camille DECROIX 3, Catherine JOLY 1, 1- BioDyMIA, Université de Lyon, Université Lyon 1-ISARA Lyon, Laboratoire de Bioingénierie et Dynamique Microbienne aux Interfaces, Alimentaires (EA n°3733), IUT Lyon 1 site de Bourg en Bresse, Technopole Alimentec, 2- CTCPA, Bourg en Bresse, 3- Laboratoire IMP (Ingénierie des matériaux Polymères), Campus Métare, SAINT-ETIENNE Retour >>

Les aliments frais sont souvent conditionnés sous atmosphère « protectrice » et/ou la génère intrinsèquement lors de leur activité métabolique. Dans le cas des fruits et légumes, le couple (emballage/produit alimentaire) demande à être optimisé afin de trouver la meilleure adéquation entre la nature de ces produits alimentaires dits « respirants » à préserver dans le temps et la perméabilité de futurs matériaux d’emballage, probablement biosourcés, possédant des propriétés barrière au gaz différentes de celles des matériaux de conditionnement actuels. Cet article propose de présenter une nouvelle méthode de mesure de la perméabilité gazeuse effectuée en conditions réelles subies par le couple emballage-produit. Les développements expérimentaux proposés ici peuvent avec intérêt se plier aux travaux de recherche collaboratifs et démontrent que l’aliment a désormais un rôle actif à jouer dans l’activation des phénomènes de transport gazeux de matériaux sensibles à leur environnement (eau). Mots clés : emballage, acétate de cellulose, biosourcé, perméabilité, respiration, fruits, légumes, atmosphère modifiée