Turbidité du moût EBC : nature et influence du procédé de maltage et de brassage

Septembre-Octobre 2017 Référence : 201709103641 Auteur(s) : Sophie SCHWEBEL & Marc SCHMITT IFBM, Institut Français des Boissons, de la Brasserie et de la Malterie, Vandœuvre-lès-Nancy, France Retour >>

Le malt est la matière première essentielle pour la fabrication de la bière. Les malteurs français sont les leaders mondiaux sur le marché international du malt. Mais le malt est une matière première complexe qui doit remplir un grand nombre de critères dans le cahier des charges défini par le brasseur. Pour certains brasseurs, notamment en Asie, la turbidité du moût EBC reste un critère important alors qu’il est parfois difficile à maîtriser pour le malteur. Aujourd’hui, ce paramètre de turbidité est mesuré sur un moût de laboratoire élaboré à partir du malt suivant une méthode conventionnelle de référence (EBC). Cependant, nous avons mis en évidence dans cette étude que la turbidité du moût EBC n’est pas un bon indicateur pour prédire la turbidité du moût d’un brassin industriel ou d’une bière finie. C’est notamment le cas lorsque le trouble du moût EBC est de nature amylolytique. Dans ce cas, la turbidité peut être évitée en utilisant un diagramme de brassage adapté. Enfin, l’étape de maltage a également un impact sur la turbidité du moût EBC. Deux leviers supplémentaires pour la diminuer ont été identifiés par cette étude : optimisation du diagramme de trempe et utilisation d’acide gibbérellique lorsque cela est possible.