Nos articles

Filières et procédés :
Filières Produits
Procédés ou thématiques horizontales
754 résultats pour votre recherche

Comment l’évolution des pratiques culturales fait de la betterave à sucre une culture performante et durable

Depuis 1997, un observatoire des pratiques agricoles est mené par l’Institut Technique de la Betterave (ITB) auprès des planteurs de betterave afin de récolter des données sur les itinéraires techniques mis en œuvre sur leurs parcelles. L’analyse de ces données permet de suivre l’évolution des pratiques depuis ces 20 dernières années. Il a ainsi pu être mis en avant que la forte augmentation de la productivité de la betterave s’est faite de façon parallèle à une diminution des intrants, à une meilleure préservation des différentes ressources telles que la structure du sol, ainsi qu’à une limitation des émissions de gaz à effet de serre. La fine connaissance de l’évolution des pratiques mises en œuvre par les planteurs de betterave est un des outils clés de la filière betterave-sucre pour assurer la compétitivité et la durabilité de cette culture.

Services connectés : optimisation des performances des équipements par l’analyse des données de fonctionnement

Le SMART Control™ Cail & Fletcher est un nouveau service connecté innovant proposé par Fives Sugar | Bioenergy. Il vise à optimiser les performances et la maintenance des équipements au moyen d’une équipe d’experts et d’un système composé, entre autres, d’une application web dédiée développée en interne. L’accès distant à cet outil et la collecte des données provenant de l’instrumentation / automatisme, couplés avec nos algorithmes d’analyse, permettent la visualisation instantanée et historique de l’état et des performances des équipements. Avec le service SMART Control™ Cail & Fletcher, appuyé par notre grande expérience et nos recommandations, nous maintenons un taux de disponibilité optimum des équipements tout en assurant un taux de production maximisé. Nous agissons sur différents facteurs : réduction des défauts et temps d’arrêt, amélioration des réglages, formation des opérateurs, etc.

Perspectives d’évolution technique et technologique des tours de diffusion

L’extraction du sucre des cossettes de betteraves par diffusion verticale est devenue aujourd’hui la norme technique. Par rapport aux autres procédés d’extraction, cette technologie s’est imposée en ce qui concerne le rendement en sucre et l’efficacité énergétique. La tour de diffusion est incontestée, surtout grâce à son débit de passage élevé par ligne d’extraction. L’exemple d’un producteur de sucre européen à la pointe de la technologie montre les possibilités de réduction des besoins énergétiques dans l’étape d’extraction du jus. L’installation de grands ateliers de diffusion dans les sucreries de Frauenfeld et d’Aarberg de Sucre Suisse SA a permis de réduire de façon décisive aussi bien les pertes de diffusion que le soutirage du jus brut. Les résultats d’exploitation d’un atelier de diffusion moderne sont présentés à l’aide des enregistrements effectués pendant les campagnes de 2000 à 2014. De manière générale, les sucreries prolongent depuis ces dernières années leurs campagnes betteravières et élargissent leurs capacités pour des raisons économiques. Différents concepts d’extension conviennent en fonction des contraintes du projet. De même, l’attention porte sur le choix des matériaux qui doit être effectué avec prévoyance.

La performance énergétique en sucrerie

La fabrication de sucre nécessite une grande consommation d’énergie primaire (gaz, fioul…). Depuis de nombreuses années, l’optimisation des performances énergétiques est au cœur des préoccupations de l’industrie sucrière. Le management de l’énergie et la certification ISO 50 001 s’inscrit donc comme un moteur de l’amélioration continue de la performance énergétique.

Séchage des sucres spéciaux

Bien qu’étant la dernière étape process avant le stockage, le séchage et le refroidissement du sucre n’en requièrent pas pour autant moins d’attention, bien au contraire. L’incidence du séchage et du refroidissement sur la qualité et la stabilité du sucre n’est plus à prouver et les sucres spéciaux n’échappent pas à cette règle. La présence importante d’impuretés en surface du cristal rend l’étape de séchage des sucres spéciaux encore plus délicate. Nous aborderons dans cette présentation, les paramètres les plus influents dans le séchage des sucres spéciaux (pureté, granulométrie, taux de sucre réducteur / inverti) ainsi que leur incidences sur la cinétique de séchage, sur l’interaction air/sucre (courbes de sorption) et sur la stabilité du sucre lors du stockage ou du conditionnement. Les impositions qualitatives strictes des clients et le souhait de pouvoir disposer d’un sucre le plus sec possible se heurtent souvent aux limites des équipements traditionnels. Nous proposerons dans cette présentation de détailler les avantages et inconvénient et limitations des différentes solutions techniques disponibles ainsi que ce qui pourrait être une solution optimale et la plus polyvalente pour le séchage et le refroidissement de sucre spéciaux.

Vers une sucrerie zéro effluent, le cas de la raffinerie de sucre

La réduction des effluents est une évolution générale et constante dans les industries sucrières. Dans cette démarche vers le zéro rejet, les technologies membranaires ont d’ores et déjà fait la preuve de leur efficacité. Parmi celles-ci, la nanofiltration et l’électrodialyse sont particulièrement adaptées à la séparation des matières organiques et minérales en vue de leur élimination ou de leur recyclage. Pour les raffineries de sucre, Eurodia a mis au point un procédé de traitement des éluâts de décoloration de sucres basé sur la combinaison de ces deux technologies.

Evolution, modélisation et retour aux sources du métier du raffinage de sucre

Le métier du raffinage de sucre brut est en constante mutation. Afin de répondre au mieux au besoin des industriels du secteur, De Smet Engineers & Contractors (DSEC) a développé un outil de modélisation prédictive intégrée (DSEC IPM® Integrated Predictive Model) permettant l’établissement simultané du bilan de masse, du bilan énergétique, mais surtout de prédire le transfert des couleurs au cours de la formation des différentes couches du cristal. Grâce à cela et à la maîtrise des procédés sucriers, DSEC a conçu et implémenté des solutions optimisées avec succès dans l’industrie du raffinage de sucre.

Sucre et consommation : halte aux raccourcis et aux idées reçues !

Le foodbashing est décidément un sport un à la mode. Certes, il est tout à fait légitime que les Français aspirent à consommer mieux, plus local, plus éthique ou plus « nutritionnellement correct ». Mais en dépit des progrès réalisés en termes de traçabilité, de qualité sanitaire et d’information, la défiance envers l’alimentation n’a jamais été aussi forte. Il est aisé de dresser une longue liste des aliments ayant dû affronter des bataillons entiers de coachs ou experts en tous genres, nous invitant à toutes les restrictions : sans viande, sans sel, sans gluten, sans gras, sans lait ou encore sans sucre.
Le sucre est attaqué de toutes parts et les médias le présentent comme le coupable direct de l’épidémie d’obésité, de diabète voire d’autres maladies associées à l’alimentation. Cet article fera tout d’abord un rappel historique de la longue controverse concernant les effets du sucre sur la santé avant de traiter quelques questions fréquemment posées sur le sucre : le sucre est-il addictif ? Pourquoi ajoute-t-on du sucre dans les produits salés ? La consommation de sucre est-elle en hausse et comment se situent les apports en sucre des Français par rapports aux recommandations ?

Une brève histoire du sucre

L’homme a toujours recherché la saveur sucrée. A l’origine, celle-ci lui était apportée par le miel et certains fruits, jusqu’à ce que les habitants de l’Inde mettent au point les techniques permettant de cristalliser le jus de la canne. L’Occident chrétien ne connut le sucre qu’à partir du XII° siècle, à la faveur des Croisades. Très rare et très coûteux, le sucre était réservé aux malades. Puis, à partir du XV° siècle, il apparut à la table des bien-portants les plus fortunés. En France, l’apogée de sa consommation se situe au XVI° siècle (les puissants en faisaient mettre dans leurs plats de viande et de poisson !). Puis le sucre fut relégué à la fin du repas et lors des collations. Au XVII° siècle, émergea un discours médical hostile au sucre, considéré comme une source de plaisir coupable.

Les chiffres clés de la filière amidon et produits dérivés

LES MATIERES PREMIERES ET LA PRODUCTION D’AMIDON EN FRANCE
L’amidon est issu de matières premières végétales et renouvelables : le blé, le maïs, la pomme de terre, et, depuis peu, le pois protéagineux.
Malgré la morosité des marchés et la stagnation économique qui se sont poursuivis durant l’année 2015, la production française d’amidon et de fécule est restée stable en 2015 par rapport à 201