Nos articles

Filières et procédés :
Filières Produits
Procédés ou thématiques horizontales
779 résultats pour votre recherche

Structure et propriétés du liège, regard nouveau sur un matériau d’emballage traditionnel

Les bouchons en liège sont à l’heure actuelle les obturateurs les plus utilisés pour le bouchage des bouteilles de vins. Malgré cela, et bien que ce matériau soit utilisé depuis l’Antiquité, ses propriétés demeurent mal connues. De nouvelles techniques de mesure telles que la tomographie aux rayons X ont permis d’apporter un regard nouveau sur ce matériau. La structure interne en 3D des bouchons en liège est désormais accessible et les résultats obtenus ont permis de mettre en évidence l’étape limitante au transfert de gaz au travers de ce matériau. L’étude des propriétés mécaniques a, quant à elle, permis de souligner l’importance de contrôler la température et l’humidité relative de stockage des bouchons avant embouteillage. Enfin, le rôle de l’interface entre le bouchon et le goulot de la bouteille, sur le transfert d’oxygène a été étudié. Les résultats ont révélé le rôle majeur de l’interface qui semble gouverner le transfert d’oxygène de l’air environnant vers l’intérieur de la bouteille, dans les conditions expérimentales utilisées.

Enrobages comestibles et emballages actifs pour la conservation d’aliments périssables : présentation et premiers résultats du projet de coopération Franco-Thaïlandaise ActiFoodCoat

Les différentes étapes pour la préparation de films à base de biopolymères contenant des biomolécules antimicrobiennes et/ou antioxydantes applicables pour la conservation d’aliments périssables sont illustrées par les études réalisées par 4 équipes de recherche associées à un programme de coopération Franco-Thaïlandaise. Ces grandes étapes sont : (i) le choix de la formulation des ingrédients entrant dans la composition du film, (ii) les paramètres associés aux procédés d’élaboration des films, (iii) la caractérisation des propriétés physico-chimiques des films et l’évaluation in vitro de leur activité antimicrobienne ou antioxydante et (iv) leur application in situ à des aliments périssables pour en évaluer l’effet sur la durée de vie de ces produits. Les biopolymères filmogènes et les biomolécules actives considérés comprennent des co-produits de l’agriculture Thaïlandaise comme la gélatine préparée à partir de peau de poisson-chat géant ou un extrait de graines de longane ayant un pouvoir antioxydant avéré.

Indirect migration from paper and boards thought a polypropylene film. A study case.

The most recent health crises related to materials in contact with foodstuffs concern non-specifically materials regulated at European level (regulation EC 1935/2004): printing inks [Clemente et al. (2016)], paper and board [Biedermann et al. (2011)], etc. Migration without direct contact with food has been reported early in 90’s and this related in particular to mineral oils and printing inks [Grob et al. (1991)]. Paper and board attract most of the attention as they are extensively used alone or in combination with plastic materials and are potentially an important reservoir of contaminants. In this context, the ability of advanced modelling and preventive approaches to manage the risk of contamination from paper and board has been tested. This study investigates then the risk a contamination for a particular class of migration problem, where cardboard is used behind of a polypropylene layer without any contact with foodstuffs.

UMT SafeMat : The first technological and research unit devoted to SAFE-BY-DESIGN materials for contact with food and bioproducts

What is an UMT ?
UMT stands for “Unité Mixte Technologique», joint technological unit and is a partnership tool between a technical institute (LNE) and a public research unit (INRA/AgroParisTech).
A UMT is dedicated to technological research and aims to propose a unique and recognized entry in research and development for professional, industrial and public interlocutors. The results of the work must be operational, generalizable in the short and medium term and can be transferred as quickly as possible to the operators.
Its functioning resides in a synergy between researchers and engineers with a mutualization of technical and human means and a complementarity of skills.

Les opportunités de financement du programme européen Horizon 2020 à destination des Industries Agricoles et Alimentaires

This article is intended to provide the overview of funding opportunities of the European Horizon 2020 program (main program of research, development and innovation of the European Union for the period 2014-2020) which the agri-food industries can use to finance their research, development and innovation projects. According to the Association of food industries (Ania), in France, 98% of agri-food industries are small businesses. In order to meet the challenge of increasing global competition, these small businesses (which some do not have the size to tackle the global market), are turning more and more to European aids. These European aids also allow them to deal with many other issues: environmental challenges, challenges in terms of food security, need to innovate…

Point sur la réglementation

Cet article présente une synthèse de la règlementation en vigueur concernant l’hygiène et la sécurité des aliment et des solutions chimiques utilisées. Il permet ainsi aux acteurs de la filière agroalimentaire de connaître les textes de base à prendre en considération notamment lorsqu’on transforme ou fabrique des produits alimentaires pré-emballés ou non. Aujourd’hui, les industriels doivent être vigilants aux règlements issus de l’Union Européenne qui sont applicables directement dans les états membres mais également aux textes nationaux qui peuvent apporter plus de précisions sur certains points.

Les transferts bactériens en IAA : quels enjeux pour la sécurité sanitaire des aliments ?

La présence de souches dans l’environnement de fabrication en IAA est une source de contamination des aliments par des bactéries pathogènes, et peut être la cause de toxi–infections alimentaires. La contamination des surfaces en IAA par des micro-organismes est due à leur dissémination, via les matières premières, l’air et l’activité du personnel. Les microorganismes présents sur les surfaces peuvent ensuite contaminer les aliments. Ces phénomènes de transferts bactériens sont complexes et dépendent de multiples facteurs. Il peut s’avérer important de prendre en compte ces contaminations secondaires dans les démarches d’Appréciation Quantitative du Risque Microbiologique. Pouvoir modéliser ces transferts bactériens et la contamination des surfaces et des aliments constitue un véritable challenge et nécessite des approches pluridisciplinaires.
Mots clés : contamination, transfert bactérien, biofilm, aliment, surfaces, environnement

Valider ses mesures de maîtrise en industrie agroalimentaire grâce à la modélisation et l’appréciation quantitative des risques

Les mesures de maîtrise, qui s’inscrivent dans le cadre du plan HACCP et plus largement dans le cadre du plan de maîtrise sanitaire, sont au cœur des préoccupations des professionnels du secteur agroalimentaire. Les systèmes de gestion de la sécurité des aliments basés sur les dangers ont évolué vers des systèmes basés sur le risque, qui confrontent l’efficacité du système à un niveau de santé publique. La microbiologie prévisionnelle et l’appréciation quantitative des risques microbiologiques sont deux outils émergents, qui permettent de valider les mesures de maîtrise avec une approche basée sur le risque. Leur utilisation est croissante et il est important que les professionnels et autorités sanitaires disposent d’un langage et d’une méthodologie commune.
Mots-clés : sécurité sanitaire des aliments, mesures de maîtrise, validation, appréciation quantitative des risques, microbiologie prévisionnelle, plan de maîtrise sanitaire

Modification de la surface des matériaux : une stratégie de maîtrise de la contamination microbienne

La biocontamination des matériaux est un processus naturel et spontané rencontré quelle que soit la nature de la bactérie, du fluide environnant ou du support récepteur. Lorsque cette biocontamination implique des germes pathogènes, elle peut néanmoins être à l’origine de problèmes sanitaires et de santé publique plus ou moins sévères. Pour éliminer ces germes indésirables, les utilisateurs ont le plus souvent recours à des opérations d’hygiène impliquant des agents chimiques bactéricides ou virucides. Ces opérations peuvent s’avérer longues, lourdes, coûteuses, consommatrices d’eau, peu écologiques et leur efficacité parfois controversée. Trouver des solutions alternatives propres et durables demeure donc un challenge. C’est dans ce contexte qu’a été proposé le projet SANBACT. Son principal objectif était de modifier la surface de matériaux industriels (plastiques, métalliques) utilisés dans divers secteurs d’application pour leur apporter une ou des fonctionnalités antibactériennes: antibioadhésion combinée ou non, à des propriétés bactéricides ou bactériostatiques pouvant être résumées comme « activité antibiofilm ».
Mots clés : Bioadhésion, matériaux, physico-chimie, chimie, ingénierie de surface, antibiofilm

Les extraits végétaux : une alternative à certains conservateurs et biocides ?

L’utilisation d’extraits végétaux antimicrobiens en tant qu’alternative à certains conservateurs synthétiques ou biocides fait l’objet d’un intérêt croissant pour des raisons sanitaires, environnementales, réglementaires et commerciales. Des extraits végétaux pour la conservation des aliments et/ou la désinfection de leur environnement de production contenant des composés antimicrobiens volatils (ex : huiles essentielles) ou non volatils peuvent être distingués. La réduction d’activité antimicrobienne souvent observée lorsqu’on compare les activités in vitro et in situ des extraits végétaux est discutée en relation avec la composition et la microstructure des matrices dans lesquelles les micro-organismes indésirables sont présents (ex : aliments et/ou biofilms microbiens). Finalement, la possibilité d’améliorer l’efficacité des extraits végétaux en les encapsulant ou en les associant à des enrobages comestibles ou des matériaux d’emballage est présentée ainsi que la nécessité d’envisager l’emploi des extraits végétaux antimicrobiens en combinaison avec d’autres facteurs conformément aux principes de la « théorie des barrières ».