Nos articles

Filières et procédés :
Filières Produits
Procédés ou thématiques horizontales
853 résultats pour votre recherche

Caractérisation des clostridies psychrotrophes responsables de l’altération des foies gras pasteurisés

Des clostridies psychrotrophes ont été identifiés dans des cas d’altération des foies gras pasteurisés de canard. Des conditions optimales pour leur croissance (milieu de culture, temps et température) ont été déterminées afin de mieux les isoler en laboratoire et les caractériser par la suite. La caractérisation de ces espèces permettrait de mieux comprendre leur comportement dans les produits depuis leur entrée sur la ligne de transformation jusqu’à la fin de la durée de vie (entre 6 et 36 mois à 4°C). Le deuxième objectif du projet est de déterminer les niches écologiques de ces espèces et la présence éventuelle de points critiques sur une ligne de fabrication. Sur 36 mois de conservation, aucune croissance n’est constatée à 4°C après inoculation avec des cellules végétatives de Clostridium bowmanii et Clostridium algidicarnis. La sporulation, laborieuse et non reproductible pour ces espèces, a été obtenue pour quelques souches sur une trentaine étudiée. Un facteur de 5 à 15 a été obtenu entre la thermorésistance en milieu de laboratoire et celle en matrice foie gras pour plusieurs souches de C. algidicarnis. Les résultats de thermorésistance montrent que le traitement de pasteurisation n’est pas suffisant pour éliminer les spores de C. algidicarnis et que les mesures de maîtrise d’hygiène de ce micro-organisme sont à adapter notamment en amont du traitement thermique. Il est important de connaitre l’origine de la contamination des foies gras par ces espèces psychrotrophes et d’identifier les points critiques de développement ou sporulation sur les lignes de fabrication. Des travaux complémentaires sont d’ores et déjà initiés au laboratoire de microbiologie du CTCPA pour acquérir ces connaissances. En complément, des outils PCR (Polymerase Chain Reaction) de détection/quantification ont été développés pour la mise en évidence du genre Clostridium d’une part, et secondairement de l’espèce C. algidicarnis. La sensibilité de ces outils est de l’ordre de 1 à 10E3 CFU/mL selon l’espèce et la souche. Ce projet a reçu le soutien financier du Cifog.

EXTRACTIS, partenaire du projet européen SALTGAE

Le projet européen SALTGAE vise à développer une solution innovante et efficace pour le traitement d’effluents salins issus de l’industrie, en l’occurrence la tannerie, l’aquaculture et le lactosérum. Dans le cadre de SALTGAE, les effluents salins serviront à la culture de microalgues qui se trouvent être résistantes à ces teneurs en sels. EXTRACTIS intervient à deux niveaux après la récolte des microalgues : tout d’abord pour leur fractionnement en composés d’intérêt puis pour la déminéralisation des effluents salins qui en résultent (déchargés des matières organiques et nutriments). Pour la partie fractionnement, sont testés l’Homogénéisation Haute Pression, les ultrasons ou encore les traitements enzymatique et chimique. Les fractions obtenues après le fractionnement seront utilisées par d’autres partenaires pour des applications en coating, résines, alimentation animale… Pour la partie déminéralisation, les effluents sont traités en électrodialyse. Le projet réuni 19 partenaires de 9 pays différents et la coordination est assurée par une entreprise espagnole. Ce projet a débuté le premier juin 2016 et dure trois ans.

IDmer : un nouvel équipement très performant au service de l’innovation biotechnologique et agroalimentaire

IDmer, centre d’innovation technique des produits de la mer et de la terre, met ses compétences et son expertise au service des porteurs de projets et des industriels sur différentes prestations de R&D et de sous-traitance industrielle. De la pré-série industrielle à la mise au point de produits finis alimentaires en passant par la valorisation de co-produits sans oublier la recherche et le développement, l’équipe est riche de trente ans de savoir-faire pour accompagner le développement et l’innovation de ses clients jusqu’à la mise sur le marché.

L’installation pilote de l’Institut Français des Boissons de la Brasserie et de la Malterie

Le monde de la brasserie est en pleine effervescence. La recherche et développement est une étape importe pour innover et rester compétitif dans un milieu de plus en plus créatif. IFBM, l’Institut Français des Boisson de la Brasserie et de la Malterie dispose d’outils pilotes permettant un large choix de procédés à différentes échelles, en malterie et en brasserie. Les outils en malterie permettent la réalisation de batch de 100g à 600kg d’orge alors que les trois salles à brasser permettent la réalisation de brassins de 30l, 10hl et 20hl. Coté boisson et conditionnement de nombreux outils permettent le développement et la production de présérie de boisson fermenté ou non.

Bilan de l’UMT FOLIES ( Formulation of LIpids Emulsified System ) Quels résultats transférables vers l’industrie ?

L’Unité Mixte de Recherche est une structuration partenariale entre un Centre Technique Industriel et Unité de recherche publique pour proposer une expertise originale, complémentaire accessible aux industriels dans le cadre de projets contractuels. L’UMT Folies - FOrmulation of LIpid Emulsified System, porté par l’ITERG propose un accompagnement dans la compréhension des phénomènes des interfaces des systèmes en émulsion.

Étude pilote de la synergie entre traitements thermiques bactériolytiques et l’usage de produits de type « acidifiant » sur la décontamination d’aliments pour Poulet

La maîtrise du risque de transmission de « salmonelles » par la voie de l’alimentation animale fait l’objet, d’une attention particulière de la part des autorités européennes. En France, cette attention a conduit à la mise en place d’un agrément dit « salmonelles » nécessaire pour la mise sur le marché d’aliments pour certains monogastriques traités spécifiquement pour limiter ce risque de contamination. Le risque de transmission de « salmonelles » est alors évalué, dans notre pays, notamment par l’évaluation de la flore résiduelle en entérobactéries, considérées comme un marqueur de la présence éventuelle de salmonelles. Des essais pilote précédemment réalisés ont montré l’intérêt de la granulation pour limiter cette flore dans l’aliment distribué aux animaux, si les paramètres de traitement sont ajustés, c’est-à-dire si les températures sont suffisamment élevées et le temps de traitement suffisamment long pour réduire la flore de 3log d’UFC/g. L’objectif de cette étude est d’évaluer si l’utilisation conjointe de la granulation et d’un produit de type « acidifiant » permet de limiter les barèmes temps-température à appliquer pour aboutir à la même réduction de la flore.

Apprécier les qualités nutritionnelles des produits alimentaires : Les applications internet révolutionnent les iaa

L’engouement des consommateurs pour les applications téléchargées sur les téléphones mobiles constituent un phénomène de société. Le domaine de l’agro-alimentaire n’y échappe pas, et les applications dédiées permettent d’accéder, en quelques clics, aux informations indispensables pour apprécier les qualités nutritionnelles des produits alimentaires. Le présent article analyse les quelques applications internet les plus en vue. Ces applications ont une influence sur nos achats alimentaires même si tout n’est pas alimentaire dans l’alimentation. On ne doit pas oublier que l’alimentation est également un plaisir et surtout un rite sociétal.

Après quotas sucre : les propositions de la CGB pour défendre le revenu betteravier

Depuis plus de 95 ans, la Confédération Générale des planteurs de Betteraves (CGB) fédère les planteurs afin de porter leur voix. Avec 14 syndicats implantés en régions, la CGB est le seul représentant des betteraviers. Depuis 50 ans, un prix minimum garanti et une production sous quota assuraient l’agriculteur d’une grande stabilité de son revenu. Aujourd’hui, avec la fin des quotas sucre actée depuis octobre 2017, la filière fait face à une grande volatilité des prix. Dans ce contexte inédit, la CGB veut accompagner plus que jamais les planteurs pour que la betterave reste une culture à valeur ajoutée de leur exploitation.

Le retrait des néonicotinoïdes signe-t-il le retour de la jaunisse dans les champs ?

L’interdiction des insecticides de la classe des néonicotinoïdes, prévue dans la loi biodiversité, pourrait être effective dès septembre 2018 en France, si le gouvernement n’accorde pas la dérogation réclamée par la filière. Ceci conduirait à une campagne 2019 inédite pour le contrôle de nombreux bioagresseurs, dont les pucerons vecteurs de jaunisses virales. La jaunisse impacte la productivité de la betterave, notamment dans les zones situées en climat océanique. Grâce à l’observatoire VIGIBET, constitué d’un réseau d’une trentaine de parcelles semées sans traitement de semences insecticides et non traitées en végétation, l’ITB évalue, chaque année depuis 2010, la pression de cette maladie. En 2017, la prévalence virale observée au sein du réseau a été légèrement supérieure à la moyenne pluriannuelle. La fréquence de sites touchés, parfois importante, ne préjuge cependant pas de la gravité des infections, qui est globalement faible dans notre réseau, situé au cœur d’un environnement largement protégé par les néonicotinoïdes. Une conséquence possible de cette interdiction pourrait être le retour des traitements en végétation par des pyréthrinoïdes et des carbamates, bien que le puceron vert du pêcher (Myzus persicae), principal vecteur de la jaunisse, soit désormais résistant à ces familles chimiques. Pour limiter au mieux les conséquences de cette situation, il est nécessaire d’évaluer le risque encouru par les planteurs et de rechercher des solutions alternatives de lutte efficaces et durables.