Nos articles

Filières et procédés :
Filières Produits
Procédés ou thématiques horizontales
779 résultats pour votre recherche

GPI Bio Sugar et la production de sucre biologique en petite échelle

Le processus innovant Green Power Industries ltd (GPI) Bio Sugar, pour la production de sucre brut et de sucre blanc, utilise une technologie exclusive qui permet de concevoir des petites sucreries de betteraves pouvant être situées au plus près des zones agricoles. Cet article présente une brève description d’une usine de transformation, à petite échelle, ayant une capacité journalière de 25 t de racines de betteraves traitées.

Plaisir, fidélité, responsabilité… Le sucre, une valeur sûre pour les Français

Pour mieux connaître les attentes des consommateurs, la Collective du sucre suit régulièrement les évolutions de l’image du sucre. La dernière enquête réalisée par l’Institut OpinionWay confirme que le sucre reste une valeur sûre avec une image positive et la dimension d’un produit respectable :
- Pour 92 % des français le sucre est, et demeure synonyme de plaisir.
- 74 % des sondés estiment que le sucre a toute sa place dans l’équilibre alimentaire.
- 78 % considèrent le sucre comme un produit issu de la nature et 7 sur 10 savent qu’en France, il est principalement extrait de la betterave à sucre.
-Enfin, 64 % des français gardent une place pour le dessert et 59 % déclarent cuisiner régulièrement des gâteaux. Clairement, les français ne veulent pas être privés de dessert !

Les chiffres clés de la filière amidon et produits dérivés

Une campagne 2016 difficile et inédite qui impacte la production amidonnière française
Les industries amidonnières établies sur le territoire national extraient l’amidon de matières premières végétales et renouvelables : blé, maïs, pomme de terre et pois protéagineux majoritairement français, soit l’équivalent de 720 000 ha ou de 15 000 exploitations grande culture.

Le septième rapport de l’observatoire de la formation des prix et des marges alimentaires

Le septième rapport de l’Observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaire vient d’être publié il permet de faire la synthèse des revenus des des exploitants agricoles sur la période en cours de 2010 à 2015/16 et de donner une image de la situation fragile des filières du secteur agricole français. De plus ce rapport permet de présenter de manière complète la filière alimentaire française car pour la première fois il y intègre la fonction restauration

Avant-Propos

Agréé depuis 2008 par le ministère en charge de l’Agroalimentaire, le RMT Actia ProPack Food développe ses travaux sur la maîtrise de la qualité et la sécurité sanitaire des aliments par une approche intégrée des procédés de transformation des emballages et des aliments. Ses actions sont orientées sur les quatre thématiques suivantes...

La RMN au service de l’identification de la composition des matériaux - Technique incontournable pour l’analyse des NIAS

La RMN (Résonance Magnétique Nucléaire), autrefois utilisée principalement comme outil de caractérisation en synthèse organique pour l’étude structurale de substances inconnues, voit son champ d’application s’élargir en tant qu’outil qualitatif et quantitatif au même titre que la chromatographie. Sa rapidité d’exécution et son large spectre de molécules étudiées en font une technique de choix pour l’analyse multi techniques des NIAS (non intentional added substances) ou substances non intentionnellement ajoutées, qui sont de plus en plus responsables de crises sanitaires dans le secteur des matériaux et emballages au contact des aliments. L’approche innovante développée au Laboratoire national de métrologie et d’essais (LNE) consistant à combiner la RMN avec la chromatographie et la spectrométrie de masse, alliées à l’interrogation de base de données conséquentes, permet l’étude de substances inconnues dans un matériau ou un simulant d’aliments après migration. Les substances sont identifiées et, si l’identification formelle n’est pas possible, les sous-structures chimiques présentes sont caractérisées pour permettre l’évaluation du risque chimique.

Les nanomatériaux : vecteurs d’innovation, mais encore beaucoup de questions !

Les nanomatériaux offrent de nombreuses perspectives à l’industrie agroalimentaire : amélioration des propriétés des denrées, optimisation des procédés de fabrication ou encore obtention de nouveaux emballages aux propriétés avancées. Mais le contexte médiatique, l’instabilité réglementaire, les risques potentiels associés à certaines de ces substances et les difficultés d’une caractérisation fiable constituent autant de freins au développement serein de ces applications. Cet article fait un point rapide de la situation.

Peut-on anticiper la congruence entre la forme d’un emballage et le produit emballé ?

Aujourd’hui, l’emballage trouve toute sa place dans l’offre de tests consommateurs. De nombreuses entreprises spécialisées en analyse sensorielle proposent leurs services pour évaluer les packagings parfois en faisant appel à des techniques cognitives de pointe telles que l’eye tracking. Cependant, nombre des tests pratiqués s’intéressent surtout à la lisibilité du facing et à la visibilité du pack en linéaire mais rarement à l’interprétation des packagings par les consommateurs et à l’impact que cela peut avoir sur la perception sensorielle du produit emballé notamment lorsque celui-ci est consommé directement dans son emballage. Pourtant, plusieurs études ont montré que l’emballage pouvait interférer avec l’évaluation du produit emballé car ce dernier porte des attentes sensorielles qui lui sont propres (Puyares et al., 2010 ; Becker et al., 2011 ; Ngo et al., 2013).