Nos articles

Filières et procédés :
Filières Produits
Procédés ou thématiques horizontales
930 résultats pour votre recherche

Audit des installations, dégoulottage et amélioration de l’efficacité énergétique

Les sucreries et les raffineries sont souvent confrontées à des problèmes de gestion de l’environnement, d’efficacité énergétique et de productivité des ressources. Ce document détaille les solutions clés proposées par De Smet Engineers & Contractors (DSEC) pour optimiser l’efficacité des installations de production et de transformation du sucre de canne à l’aide de modèles prédictifs propriétaires basés sur les logiciels spécialisés les plus avancés. Les modèles démontrent que les capacités de raffinage peuvent être augmentées avec succès en utilisant du matériel déjà disponible. Trois études de cas sont incluses ; l’une montre la transformation d’une sucrerie de betterave en une raffinerie pour traiter le sucre de canne brut après la saison de récolte de la betterave, une deuxième montre l’intégration d’une raffinerie dans une usine de canne à sucre tandis que le troisième se réfère à l’optimisation du cycle de cuisson.

Mise en service d’une unité de méthanisation sur le site Cristal-Union de Fontaine-le-Dun Valorisation du biogaz et économie d’eau pour la sucrerie

Un méthaniseur de type UASB a été construit en 2018 et 2019 à Fontaine-le-Dun pour traiter les eaux de process de la sucrerie. Mis en service le 17 Octobre 2019, ce nouveau méthaniseur élimine ainsi 25 tonnes de DCO par jour. Le biogaz produit alimente une chaudière dédiée qui fournit 5 tonnes/h de vapeur aux installations thermiques de la sucrerie.

Le sucre, un ingrédient aux fonctionnalités multiples dans les aliments

Le sucre est un ingrédient aux fonctionnalités multiples. Au-delà de la saveur sucrée qu’il procure, le sucre contribue de manière essentielle à la texture, à la conservation ou à la coloration dans diverses catégories d’aliments, demeurant en cela un ingrédient central et difficilement substituable dans les aliments solides.

L’amidonnerie Française, une industrie résiliente qui s’adapte à son marché

Tout au long de la crise sanitaire du Covid-19, les usines de la filière amidon n’ont jamais cessé leur production en France. La demande pour les produits amidonniers s’est à peine ralentie, démontrant le caractère vital de ces produits pour les marchés alimentaires et pharmaceutiques. La filière a fait preuve d’agilité pour assurer la continuité de l’activité, malgré des conditions d’approvisionnement en matières premières dégradées . Mais ces adaptations ont entrainé des surcoûts importants qui ont pesé sur les coûts de production et qui impacteront les résultats des entreprises de la filière. Cette crise a démontré l’absolue nécessité pour la France de disposer d’un secteur agricole et alimentaire fort et compétitif, implanté sur les territoires pour assurer l’alimentation au quotidien de tous les français.

LES GRANDES TENDANCES DES APPLICATIONS DU FROID DANS LES INDUSTRIES AGRO-ALIMENTAIRES (IAA)

Assurer en quantité et en qualité suffisantes l’alimentation de 7,7 milliards de terriens aujourd’hui et de plus de 9 milliards à l’horizon 2050 est sans doute l’un des défis mondiaux majeurs. Les pistes pour y parvenir sont nombreuses, mais elles passent inévitablement par une production agricole optimisée et durable en plus d’une réduction des pertes de denrées alimentaires après production, qui représentent en moyenne 25% de la production alimentaire mondiale. Dans ce contexte, une application efficace du froid sur toute la chaîne « de la fourche à la fourchette » ou du « champ à l’assiette » permet non seulement de réduire très sensiblement ces pertes mais également de préserver les propriétés sensorielles et organoleptiques des denrées alimentaires de façon à fournir au consommateur des produits sains et sûrs. Ainsi, le rôle des industriels de l’agro-alimentaire intervenant à chaque étape de la vie du produit est primordial et ce depuis sa récolte, son entreposage, sa transformation, son transport et jusqu’à sa mise en vente pour le consommateur.

LA FERMENTATION DES ALGUES : UNE TECHNIQUE ANCESTRALE POUR UN LÉGUME D’AVENIR.

La fermentation anaérobie ou ensilage est un procédé peu coûteux en énergie utilisé couramment en agriculture pour stocker le fourrage. La fermentation lactique des légumes ou lactofermentation est ainsi un procédé traditionnel de conservation qui modifie les caractéristiques organoleptiques (texture, goût) tout en améliorant le contenu nutritionnel des aliments. Malgré l’intérêt de cette technologie millénaire, peu d’informations sont disponibles à propos des algues. Entre procédé de stabilisation à moindre coût et innovation, découvrons la lacfofermentation des algues.

 La fermentation anaérobie ou ensilage est un procédé peu coûteux en énergie utilisé couramment en agriculture pour stocker le fourrage. La fermentation lactique des légumes ou lactofermentation est ainsi un procédé traditionnel de conservation qui modifie les caractéristiques organoleptiques (texture, goût) tout en améliorant le contenu nutritionnel des aliments. Malgré l’intérêt de cette technologie millénaire, peu d’informations sont disponibles à propos des algues. Entre procédé de stabilisation à moindre coût et innovation, découvrons la lacfofermentation des algues. 

OPTIMISATION DE L’ÉPAISSEUR D’EVOH DANS LES EMBALLAGES PLASTIQUES MULTICOUCHES POUR PRODUITS APPERTISÉS (PROJET STRETCH)

En fonction des applications et du niveau barrière à l’oxygène visé, les fournisseurs d’emballages plastiques pour produits appertisés proposent des barquettes en complexes multicouches PP/EVOH/PP de différentes épaisseurs, incorporant différents pourcentages de couche barrière et différents types de résines EVOH, conduisant, à température et humidité ambiante, à des niveaux barrières modulables L’hydratation de l’EVOH engendrée par la stérilisation en autoclave des barquettes conduit à la perte des propriétés barrières ; cette fonctionnalité est recouverte au cours du temps, mais le phénomène transitoire de « retort shock » altère de façon différente les différents types de barquette : les structures fines et à faible taux d’EVOH recouvrent rapidement leurs propriétés, les structures les plus épaisses et à fort taux d’EVOH n’atteignent pas la saturation d’hydratation mais sèchent moins rapidement, les EVOH les plus barrières ont une forte affinité pour l’eau et sont les plus sujets aux défauts de thermoformage…. Cette étude montre que les emballages les plus barrières (et les plus couteux) en conditions ambiantes, engendrent sur la durée d’utilisation des quantités d’oxygène cumulées qui restent généralement les plus faibles, mais certaines configurations de structures de barquettes moins onéreuses peuvent présenter des performances relativement proches. L’incidence du retort Shock dépend également du type de barème de stérilisation (haute ou basse température) appliqué.

 En fonction des applications et du niveau barrière à l’oxygène visé, les fournisseurs d’emballages plastiques pour produits appertisés proposent des barquettes en complexes multicouches PP/EVOH/PP de différentes épaisseurs, incorporant différents pourcentages de couche barrière et différents types de résines EVOH, conduisant, à température et humidité ambiante, à des niveaux barrières modulables 

L’hydratation de l’EVOH engendrée par la stérilisation en autoclave des barquettes conduit à la perte des propriétés barrières ; cette fonctionnalité est recouverte au cours du temps, mais le phénomène transitoire de « retort shock » altère de façon différente les différents types de barquette : les structures fines et à faible taux d’EVOH recouvrent rapidement leurs propriétés, les structures les plus épaisses et à fort taux d’EVOH n’atteignent pas la saturation d’hydratation mais sèchent moins rapidement, les EVOH les plus barrières ont une forte affinité pour l’eau et sont les plus sujets aux défauts de thermoformage…. Cette étude montre que les emballages les plus barrières (et les plus couteux) en conditions ambiantes, engendrent sur la durée d’utilisation des quantités d’oxygène cumulées qui restent généralement les plus faibles, mais certaines configurations de structures de barquettes moins onéreuses peuvent présenter des performances relativement proches. L’incidence du retort Shock dépend également du type de barème de stérilisation (haute ou basse température) appliqué. 

COMMENT AMÉLIORER LES PERFORMANCES ÉNERGÉTIQUES DES FOURS BISCUITIERS TOUT EN MAINTENANT LA QUALITÉ DES PRODUITS ?

Afin d’atteindre les objectifs de réduction des consommations énergétiques et de décarbonation affichés par les politiques publiques, le secteur biscuitier qui pèse 1,5% de la consommation d’énergie de l’ensemble des industries agroalimentaires doit s’intéresser à la plus grosse part des consommations de l’usine : les fours de cuisson. Cependant la modification des réglages de cuisson, très souvent empiriques, n’est pas sans risque sur la qualité du produit et nécessite pour être efficace, une démarche en plusieurs étapes. Le bilan thermique réalisé établit la consommation d’énergie du four ainsi que la manière dont cette énergie est dissipée au sein de l’équipement. La compréhension du fonctionnement du four, l’impact des différents réglages sur les caractéristiques des produits viennent compléter cette analyse. Des recommandations peuvent alors être faites sur l’amélioration des performances avec un maintien de la qualité des biscuits tout en restant dans un niveau d’investissement limité.

 Afin d’atteindre les objectifs de réduction des consommations énergétiques et de décarbonation affichés par les politiques publiques, le secteur biscuitier qui pèse 1,5% de la consommation d’énergie de l’ensemble des industries agroalimentaires doit s’intéresser à la plus grosse part des consommations de l’usine : les fours de cuisson. Cependant la modification des réglages de cuisson, très souvent empiriques, n’est pas sans risque sur la qualité du produit et nécessite pour être efficace, une démarche en plusieurs étapes. Le bilan thermique réalisé établit la consommation d’énergie du four ainsi que la manière dont cette énergie est dissipée au sein de l’équipement. La compréhension du fonctionnement du four, l’impact des différents réglages sur les caractéristiques des produits viennent compléter cette analyse. Des recommandations peuvent alors être faites sur l’amélioration des performances avec un maintien de la qualité des biscuits tout en restant dans un niveau d’investissement limité. 

FAVORISER LE DÉVELOPPEMENT DE L’OFFRE EN INGRÉDIENTS ET EN ALIMENTS PROTÉIQUES D’ORIGINE VÉGÉTALE LE NOUVEAU PROJET DU RMT ACTIA PORTÉ PAR ADIV ET ITERG

Avec l’augmentation annoncée de la population mondiale, la question de la disponibilité en protéines alimentaires pour nourrir correctement l’ensemble de la population se pose de façon cruciale. ADIV et ITERG se sont mobilisés pour regrouper des expertises Françaises autour d’eux pour lancer un projet de RMT ACTIA sur la thématique suivante : « Diversification de l’offre en produits alimentaires assistée par le développement de modes innovants de production et de transformation des protéines végétales pour satisfaire les besoins sociétaux ». ADIV est animateur et ITERG est co animateur de ce nouvel RMT ACTIA « PROT&IN » labellisé pour 5 ans.

 Avec l’augmentation annoncée de la population mondiale, la question de la disponibilité en protéines alimentaires pour nourrir correctement l’ensemble de la population se pose de façon cruciale. ADIV et ITERG se sont mobilisés pour regrouper des expertises Françaises autour d’eux pour lancer un projet de RMT ACTIA sur la thématique suivante : « Diversification de l’offre en produits alimentaires assistée par le développement de modes innovants de production et de transformation des protéines végétales pour satisfaire les besoins sociétaux ». 

ADIV est animateur et ITERG est co animateur de ce nouvel RMT ACTIA « PROT&IN » labellisé pour 5 ans. 

RECOMMANDATIONS POUR LA GESTION DES RISQUES PHTALATES DANS LES CAVES.

Les phtalates et le bisphénol A ont été identifiés par l’IFV et ses partenaires professionnels, dès 2011, comme des contaminants émergeants nécessitant une veille dans la perspective d’améliorer les recommandations dans ce domaine. Aucune étude n’avait été conduite, à ce jour, sur la quantification de ces composés aux différents stades d’élaboration du vin. Face à ce nouvel enjeu socio-économique, il est apparu primordial de mener une étude sur la migration dans le vin de composés liés aux matériels utilisés dans les caves.

 Les phtalates et le bisphénol A ont été identifiés par l’IFV et ses partenaires professionnels, dès 2011, comme des contaminants émergeants nécessitant une veille dans la perspective d’améliorer les recommandations dans ce domaine. Aucune étude n’avait été conduite, à ce jour, sur la quantification de ces composés aux différents stades d’élaboration du vin. Face à ce nouvel enjeu socio-économique, il est apparu primordial de mener une étude sur la migration dans le vin de composés liés aux matériels utilisés dans les caves.