Nos articles

Filières et procédés :
Filières Produits
Procédés ou thématiques horizontales
97 résultats pour votre recherche

Point sur la réglementation

Cet article présente une synthèse de la règlementation en vigueur concernant l’hygiène et la sécurité des aliment et des solutions chimiques utilisées. Il permet ainsi aux acteurs de la filière agroalimentaire de connaître les textes de base à prendre en considération notamment lorsqu’on transforme ou fabrique des produits alimentaires pré-emballés ou non. Aujourd’hui, les industriels doivent être vigilants aux règlements issus de l’Union Européenne qui sont applicables directement dans les états membres mais également aux textes nationaux qui peuvent apporter plus de précisions sur certains points.

Freins et leviers à la mise en place d’une Indication Géographique Protégée en charcuterie : le cas du jambon persillé

Depuis une dizaine d’années l’IGP est un label en plein essor. Dans le cadre d’un projet commandité par l’AFBJP – Association des Fabricants Bourguignons de Jambon Persillé -, nous nous sommes interrogés sur les facteurs stratégiques (motivations, freins) de mise en place des IGP en charcuterie. Pour cela, nous avons établi une méthodologie pour dégager d’une part les logiques socio-économiques accompagnant les IGP et d’autre part pour analyser les différents points critiques d’une démarche de mise en place d’une IGP. Mots clés : IGP, stratégie de développement, facteur de succès, charcuterie

Valeurs nutritionnelles d’espèces marines méconnues : faire d’une obligation règlementaire une nouvelle source de débouchés

Un projet collaboratif a été mené entre l’AAPPPL (Association des Acheteurs des Produits de la Pêche du Port de Lorient), l’association des mareyeurs Boulonnais, IDmer, l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire)et le pôle Aquimer afin de caractériser nutritionnellement des espèces de poissons peu commercialisés. Le but est triple, trouver des valorisation à ces espèces par des attraits nutritionnels avérés (richesse en oméga 3), limiter les rejets en mers faute de commercialisation de ces espèces, et caractériser nutritionnellement des poissons en vue d’un futur étiquetage INCO pouvant s’appliquer sur les matières non transformées. L’étude s’est déroulée sur un peu plus d’un an et a permis de mettre en lumière certaines espèces très intéressantes. Les résultats complets seront présentés début 2017.

Dataref® : Un nouvel outil pour la mise en conformité des équipements sous pression dans les IAA

Cet article présente le cadre légal national pour la mise en conformité des équipements sous pression (ESP). Le Cahier Technique Professionnel (CTP) décrit les exigences réglementaires et les opérations nécessaires pour la mise en conformité des ESP en service (Vérification initiale, Inspection périodique et Requalification périodique).  A partir de ces exigences, un nouvel outil Dataref® a été créé afin de gérer la mise en conformité des ESP en service. Permettant la dématérialisation des dossiers ESP, Dataref® aide à optimiser en toute sécurité, indépendance et confidentialité la gestion dans le suivi en service des ESP, tant pour les exploitants que pour les utilisateurs.

Présentation du Partenariat sur la durabilité et de ses bonnes pratiques dans le secteur européen de la betterave à sucre

Cultivée dans 19 Etats membres de l’UE, la betterave sucrière est une culture importante pour l’économie des territoires de l’Union Européenne. Sa durabilité est donc au cœur des préoccupations du secteur. Créé en 2013, le concept du partenariat sur la durabilité dans le secteur européen de la betterave à sucre (EUBSSP : acronyme anglais pour EU Beet Sugar Sustainability Partnership) est le fruit d’une collaboration entre les planteurs de betteraves (CIBE), les fabricants de sucre (CEFS) et la Fédération européenne des syndicats de l’Alimentation, de l’Agriculture et du Tourisme (EFFAT). Ces acteurs ont décidé de montrer et d’illustrer concrètement ce que le secteur fait en la matière à travers la production et la diffusion des bonnes pratiques au niveau de la culture, de la transformation de la betterave à sucre dans l’UE y inclus le domaine social. Pour en savoir plus, veuillez consulter le site du partenariat: http://www.sustainablesugar.eu/
Mots clés: durabilité, betterave sucrière, collaboration, bonnes pratiques

Durabilité des produits alimentaires transformés : enjeux et outils d’évaluation pour les IAA

La contribution du secteur agroalimentaire à la mise en place de modes de production durables est déterminante. Au-delà de son périmètre direct d’intervention, le secteur peut également agir sur l’amont agricole et sur l’aval via les modes de consommation. Face aux exigences réglementaires portant sur l’évaluation des pratiques industrielles en termes de responsabilité sociétale des entreprises et les impacts associés, les industriels disposent de nombreux outils utilisables de manière autonome ou via un accompagnement externe (kit RSE Ania, outil Sobr’iaa, ACV…). Enfin, sur le pilier Environnement de cette démarche, la question de l’information fournie au consommateur concernant les impacts environnementaux des produits consommés devient de plus en plus centrale pour encourager une consommation responsable.

L’usage de l’acide peracétique dans les usines de végétaux en conserve

Les industriels agroalimentaires sont soumis à une réglementation française particulière sur les auxiliaires technologiques. Dans ce contexte, le CTCPA les accompagne pour le montage de dossiers technico-réglementaires sur l’emploi de ces auxiliaires pour des usages donnés, depuis le choix de la molécule jusqu’à la validation de l’efficacité et de l’innocuité aux doses employées. Cet article illustre cette problématique avec l’usage de l’acide peracétique, employé comme biocide pour les eaux de lavage dans les conserveries de légumes et qui vise à maintenir l’état sanitaire de l’eau des laveurs par la destruction des spores bactériennes thermorésistantes en suspension.

Repères sur les difficultés des filières animales

Aux difficultés structurelles de l’élevage français se sont ajoutés des événements conjoncturels de grande ampleur : embargo russe, ralentissement de l’économie chinoise et baisses des marchés des matières premières, aggravées par des crises sanitaires ( peste porcine et FCO).Chaque filière nécessite une analyse particulière mais beaucoup de difficultés sont communes : manque d’adaptation aux évolutions des marchés tant au plan domestique qu’international,difficultés dans la gestion des entreprises pour tenir compte de la volatilité et de l’extrême instabilité des marchés,affaiblissement du dialogue interprofessionnel conduisant à des déséquilibres aux dépens des producteurs. Néanmoins il existe de sérieuses pistes d’amélioration : élargir la politique contractuelle aux acteurs de la distribution qui guerroient entre eux sans tenir compte de la situation économique réelle de leurs fournisseurs d’amont, accepter plus de flexibilité et des révisions en cours d’année en cas de modification de la conjoncture. Une fiscalité des exploitations agricole permettant de constituer des provisions pour aléas, plutôt que de pousser à des investissements peu réfléchis. Enfin, les firmes d’élevage doivent investir plus à l’exportation et s’adapter aux évolutions des attentes de leurs clients dans une vision dynamique des couples produits-services.

Eco-concevoir et éco-innover : Deux stratégies essentielles pour répondre aux enjeux sociétaux à venir

La réduction de l’impact sur l’environnement du cycle de vie des produits est l’objectif global de l’éco-conception. Les solutions mises en œuvre peuvent être identifiées ou non, valorisées ou non, par les consommateurs. Dans tous les cas, ces solutions visent à améliorer la situation pré existante. Par opposé, l’éco-innovation représente une situation de rupture par rapport à l’offre traditionnelle du marché. Cette rupture peut avoir pour origine les matières employées, les procédés mis en œuvre ou encore le mix marketing associé. Dans cette situation, c’est donc l’ensemble du modèle d’affaire qui est créé ou repensé.