Nos articles

Filières et procédés :
Filières Produits
Procédés ou thématiques horizontales
131 résultats pour votre recherche

La transformation des produits de quatrième gamme - comment limiter les impacts sur l’environnement tout en préservant la sécurité sanitaire : le projet Européen Susclean.

Le projet SUSCLEAN a visé à réduire la consommation d’eau et d’eau de javel dans les transformations des légumes découpés et prêts à être consommés (quatrième gamme). En effet, l’association du chlore avec la formation éventuelle de composés organochlorés cancérogènes remet en cause l’utilisation générale du chlore actif dans la transformation des aliments. L’autre défi pour l’industrie de la quatrième gamme est la réduction de la consommation d’eau potable allant jusqu’à 40 litres d’eau par kilo de produit transformé. Le projet s’est intéressé aux schémas de contamination dans ces industries avec une sélection de microorganismes pertinents pour des études sur la virulence, la résistance aux biocides et leur développement sous forme de biofilms résidents pouvant être la source de contamination des produits au cours de leur transformation. Parallèlement, le développement de méthodes rapides de détection sur site par deux PME (Néerlandais et Français) a été très prometteur. La conception hygiénique des équipements est un prérequis à l’amélioration de l’hygiène des transformations en général et en particulier dans ce projet, un focus a été fait sur les laveuses avec l’implication d’un équipementier Français pour arriver à des propositions de modifications concrètes de la géométrie concrètes. Des approches nouvelles ont été mises en œuvre impliquant l’utilisation de méthodes et de techniques rarement appliquées dans ce type d’industries. Parmi ces différentes options, deux ont semblé prometteuses comme la génération à façon du chlore actif via l’électrolyse de l’eau de lavage ou encore la décontamination de l’eau de lavage par de l’ozone. L’approche Analyse de Cycle de Vie (ACV) a permis de comparer ces deux technologies.

Les transferts bactériens en IAA : quels enjeux pour la sécurité sanitaire des aliments ?

La présence de souches dans l’environnement de fabrication en IAA est une source de contamination des aliments par des bactéries pathogènes, et peut être la cause de toxi–infections alimentaires. La contamination des surfaces en IAA par des micro-organismes est due à leur dissémination, via les matières premières, l’air et l’activité du personnel. Les microorganismes présents sur les surfaces peuvent ensuite contaminer les aliments. Ces phénomènes de transferts bactériens sont complexes et dépendent de multiples facteurs. Il peut s’avérer important de prendre en compte ces contaminations secondaires dans les démarches d’Appréciation Quantitative du Risque Microbiologique. Pouvoir modéliser ces transferts bactériens et la contamination des surfaces et des aliments constitue un véritable challenge et nécessite des approches pluridisciplinaires.
Mots clés : contamination, transfert bactérien, biofilm, aliment, surfaces, environnement

Le recyclage des polyoléfines pour contact alimentaire, pourquoi tant de questions ou d’enjeux ?

Le recyclage des emballages plastiques usagés en tant que nouvelle ressource potentielle pour la fabrication de nouveaux emballages alimentaires est un enjeu à la fois économique et environnemental mais également de sécurité sanitaire. Après un rappel du contexte réglementaire et technologique sur le recyclage, cet article illustre la complexité des phénomènes qui régissent les principes de contamination / décontamination de la matière recyclée et les limites à calquer strictement les méthodologies d’évaluation des risques développées pour le recyclage du PET au domaine du recyclage des polyoléfines.

L’œuf peut-il contribuer à la durabilité de notre système alimentaire ? Comparaison des performances environnementales de la production d’œufs et d’ovoproduits par rapport aux autres productions animales.

Il est essentiel de trouver un équilibre entre la production d’aliments riches en nutriments et la préservation de l’environnement. Dans une perspective d’amélioration de la durabilité de notre système alimentaire, via potentiellement une plus grande place accordée à l’œuf et aux ovoproduits, cette étude bibliographique vise à faire le point sur les performances environnementales effectives de la production d’œufs et d’ovoproduits. Nous montrons dans cet article, sur la base des données disponibles dans la littérature, que la production de protéines d’oeufs entraine un faible impact sur l’occupation des terres, l’utilisation d’énergies non renouvelables et le changement climatique en comparaison d’autres productions animales. Les étapes de transformation des oeufs en oeufs coquilles emballés, ou en ovoproduits de type oeuf entier liquide pasteurisé, contribuent quant à elles de manière marginale aux émissions de gaz à effet de serre.
Mots-Clés : œufs, ovoproduits, impact environnemental, analyse du cycle de vie, durabilité.

Evolution, modélisation et retour aux sources du métier du raffinage de sucre

Le métier du raffinage de sucre brut est en constante mutation. Afin de répondre au mieux au besoin des industriels du secteur, De Smet Engineers & Contractors (DSEC) a développé un outil de modélisation prédictive intégrée (DSEC IPM® Integrated Predictive Model) permettant l’établissement simultané du bilan de masse, du bilan énergétique, mais surtout de prédire le transfert des couleurs au cours de la formation des différentes couches du cristal. Grâce à cela et à la maîtrise des procédés sucriers, DSEC a conçu et implémenté des solutions optimisées avec succès dans l’industrie du raffinage de sucre.

Vers une sucrerie zéro effluent, le cas de la raffinerie de sucre

La réduction des effluents est une évolution générale et constante dans les industries sucrières. Dans cette démarche vers le zéro rejet, les technologies membranaires ont d’ores et déjà fait la preuve de leur efficacité. Parmi celles-ci, la nanofiltration et l’électrodialyse sont particulièrement adaptées à la séparation des matières organiques et minérales en vue de leur élimination ou de leur recyclage. Pour les raffineries de sucre, Eurodia a mis au point un procédé de traitement des éluâts de décoloration de sucres basé sur la combinaison de ces deux technologies.

Séchage des sucres spéciaux

Bien qu’étant la dernière étape process avant le stockage, le séchage et le refroidissement du sucre n’en requièrent pas pour autant moins d’attention, bien au contraire. L’incidence du séchage et du refroidissement sur la qualité et la stabilité du sucre n’est plus à prouver et les sucres spéciaux n’échappent pas à cette règle. La présence importante d’impuretés en surface du cristal rend l’étape de séchage des sucres spéciaux encore plus délicate. Nous aborderons dans cette présentation, les paramètres les plus influents dans le séchage des sucres spéciaux (pureté, granulométrie, taux de sucre réducteur / inverti) ainsi que leur incidences sur la cinétique de séchage, sur l’interaction air/sucre (courbes de sorption) et sur la stabilité du sucre lors du stockage ou du conditionnement. Les impositions qualitatives strictes des clients et le souhait de pouvoir disposer d’un sucre le plus sec possible se heurtent souvent aux limites des équipements traditionnels. Nous proposerons dans cette présentation de détailler les avantages et inconvénient et limitations des différentes solutions techniques disponibles ainsi que ce qui pourrait être une solution optimale et la plus polyvalente pour le séchage et le refroidissement de sucre spéciaux.

Perspectives d’évolution technique et technologique des tours de diffusion

L’extraction du sucre des cossettes de betteraves par diffusion verticale est devenue aujourd’hui la norme technique. Par rapport aux autres procédés d’extraction, cette technologie s’est imposée en ce qui concerne le rendement en sucre et l’efficacité énergétique. La tour de diffusion est incontestée, surtout grâce à son débit de passage élevé par ligne d’extraction. L’exemple d’un producteur de sucre européen à la pointe de la technologie montre les possibilités de réduction des besoins énergétiques dans l’étape d’extraction du jus. L’installation de grands ateliers de diffusion dans les sucreries de Frauenfeld et d’Aarberg de Sucre Suisse SA a permis de réduire de façon décisive aussi bien les pertes de diffusion que le soutirage du jus brut. Les résultats d’exploitation d’un atelier de diffusion moderne sont présentés à l’aide des enregistrements effectués pendant les campagnes de 2000 à 2014. De manière générale, les sucreries prolongent depuis ces dernières années leurs campagnes betteravières et élargissent leurs capacités pour des raisons économiques. Différents concepts d’extension conviennent en fonction des contraintes du projet. De même, l’attention porte sur le choix des matériaux qui doit être effectué avec prévoyance.

Comment l’évolution des pratiques culturales fait de la betterave à sucre une culture performante et durable

Depuis 1997, un observatoire des pratiques agricoles est mené par l’Institut Technique de la Betterave (ITB) auprès des planteurs de betterave afin de récolter des données sur les itinéraires techniques mis en œuvre sur leurs parcelles. L’analyse de ces données permet de suivre l’évolution des pratiques depuis ces 20 dernières années. Il a ainsi pu être mis en avant que la forte augmentation de la productivité de la betterave s’est faite de façon parallèle à une diminution des intrants, à une meilleure préservation des différentes ressources telles que la structure du sol, ainsi qu’à une limitation des émissions de gaz à effet de serre. La fine connaissance de l’évolution des pratiques mises en œuvre par les planteurs de betterave est un des outils clés de la filière betterave-sucre pour assurer la compétitivité et la durabilité de cette culture.

Avant propos. La conserve en France : amélioration continue et innovation pour une filière majeure de l’industrie agroalimentaire

La filière française de la conserve emploie environ 35 000 personnes en France sur les 500 000 salariés que compte l’industrie alimentaire française (Source : Adepale - Association des entreprises de produits alimentaires élaborés). Cette filière respecte, comme bien d’autres, les engagements du Pacte alimentaire 2016 dévoilé par l’Ania aux dernières Assises Nationales de l’Alimentation...