Nos articles

Filières et procédés :
Filières Produits
Procédés ou thématiques horizontales
890 résultats pour votre recherche

Enduits nanochargés à hautes propriétés barrière aux gaz : Une alternative pour le recyclage des films d’emballages multicouches Projet Nanocoat du RMT ProPack Food

Les emballages alimentaires requièrent des innovations majeures pour apporter les fonctionnalités tout en étant recyclables. Ainsi l’ACTIA a subventionné des travaux qui ont été réalisés par le RMT ProPack Food sur l’évaluation d’enduits nanochargés barrière en vue de conférer aux emballages des propriétés barrière avec un faible impact écologique. Des enduits de gélatine nanochargés d’argile ont ainsi été évalués sur des films de PET. Les résultats ont montré, pour des taux de 20 à 30 % W/W de nanocharges, des facteurs de diminution des coefficients de transfert à l’oxygène importants en conditions sèches, alors que la diminution observée en conditions humides reste limitée. Ces travaux prometteurs constituent une base pour des projets collaboratifs futurs.

MYPACK : un projet européen H2020 pour promouvoir des solutions innovantes et durables pour l’emballage alimentaire

Le projet d’innovation MYPACK soutenu dans le cadre d’HORIZON 2020 sur la proposition de solutions innovantes et durables pour l’emballage alimentaire a démarré officiellement le 1er novembre 2017 pour une durée de 42 mois. L’objectif principal de MYPACK consiste à faciliter et promouvoir l’accès sur le marché de technologies durables dans le domaine de l’emballage alimentaire. Pour chaque nouvelle technologie, MYPACK doit fournir des lignes directrices générales pour sélectionner le marché le plus approprié et assurer son développement commercial optimal en promouvant : - une meilleure efficacité vis à vis de l’environnement (impacts directs de l’emballage, impacts au regard des déchets agro-alimentaires, recyclage optimal…), - une meilleure acceptabilité par le consommateur, - une faisabilité industrielle optimale. Pour cela, 7 solutions innovantes et durables seront testées pour en retenir au moins 3 qui seront développées et exploitées sur le marché. 18 partenaires des secteurs de la recherche académique, scientifique et de l’industrie agro-alimentaire et de l’emballage, certains étant des PME, composent le consortium de MYPACK et travaillent en étroite collaboration et synergie. Mots clés : emballages durables, technologies innovantes emballage.

FITNESS, première plateforme européenne sur l’emballage et le conditionnement des aliments

FITNESS (2017-2020) est un projet financé dans le cadre du programme européen Erasmus+. Le but de ce projet est de mettre en place une plateforme virtuelle proposant librement des contenus interactifs (présentations, guides, quizz, webinaires, outils de calcul) en lien avec l’emballage alimentaire et les problématiques de conditionnement des aliments. L’objectif est d’offrir un contenu permettant de comprendre les principes et les enjeux (modules de base), et d’apprendre des techniques plus avancées permettant de maîtriser les impacts ou la sécurité sanitaires des matériaux utilisés (modules avancés). La plateforme s’adresse aussi bien aux étudiants, enseignants et professionnels de l’industriel agroalimentaire, de l’emballage ou de la chimie. La plateforme ne requiert aucun logiciel particulier et peut-être utilisée pour des cours magistraux, des travaux pratiques ou encore un apprentissage individuel. Les domaines couvrent les matériaux, l’aliment et ses contraintes, la physico-chimie, le conditionnement, les études d’impacts, la réglementation, jusqu’aux techniques avancées de modélisation. Le projet FITNESS rassemble 8 partenaires de 5 pays différents : Allemagne (Université Technique de Munich/Fraunhofer), Croatie (Université de Zagreb), Espagne (CSIC), France (ACTIA, LNE, AgroParisTech/INRA, AgroSup Dijon), Portugal (Université Catholique du Portugal). La plateforme FITNESS développée dans le cadre d’un projet open-source est disponible en ligne avec son contenu constamment enrichi (85 cours à terme) à l’adresse : https://fitness.agroparistech.fr. Les contenus sont actuellement testés et optimisés face à différents publics cibles.

Mots clés : emballage alimentaire, cours en ligne, formation continue

Les emballages biodégradables : durée de vie du produit ou durée de vie de l’emballage ? Exemple du PLA.

Parmi les matériaux d’emballages issus de ressources renouvelables, il est important de bien différencier ceux qui sont biosourcés mais non biodégradables (souvent analogues aux matériaux conventionnels pétrosourcés) de ceux qui sont à la fois biosourcés et biodégradables. Pour ces derniers, la question de leur stabilité au contact des produits alimentaires s’avère alors cruciale. Le cas du poly(lactide), ou PLA, est détaillé ici, en prenant en compte non seulement sa stabilité chimique, mais aussi sa stabilité physique. Se pose alors la question de la durée de vie de l’emballage en parallèle de celle de la durée de vie de l’aliment emballé.

L’activité de l’eau ou « Pourquoi ma grand-mère m’a toujours servi des biscuits secs … MOUS ! »

L’ADRIA a développé un outil de modélisation du comportement de l’eau libre dans un produit alimentaire complexe. L’eau libre, representée par un índice appelé “aw” (activité de l’eau) est un paramétre trés important à connaitre pour anticiper de nombreux phénomènes d’altérations biochimiques, biologiques et microbilogiques. Une application web basée sur un calculateur simulant le comportement de plus de 400 ingrédients permet de modéliser toute recette de produit alimentaire. La connaissance fine de l’emballage permet d’anticiper la conservation du produit emballé.

Le recyclage des matières plastiques

Dans un contexte où les matières plastiques et plus particulièrement les emballages qui en sont issus sont remis en cause du fait de leur impact sur l’environnement, l’article fait le point sur les aspects réglementaires, les contraintes qui en découlent du point de vue technique et économique. Il passe en revue les principaux modes de recyclage mécanique et chimique en détaillant certaines applications existantes ou à venir. Un focus est fait à travers des encarts sur des projets de recherche en cours sur le sujet.

Les fruits et légumes conditionnés sous emballages biosourcés : méthode alternative de mesure simultanée des perméabilités à l’oxygène, au dioxyde de carbone et à l’eau de films fonctionnalisés

Les aliments frais sont souvent conditionnés sous atmosphère « protectrice » et/ou la génère intrinsèquement lors de leur activité métabolique. Dans le cas des fruits et légumes, le couple (emballage/produit alimentaire) demande à être optimisé afin de trouver la meilleure adéquation entre la nature de ces produits alimentaires dits « respirants » à préserver dans le temps et la perméabilité de futurs matériaux d’emballage, probablement biosourcés, possédant des propriétés barrière au gaz différentes de celles des matériaux de conditionnement actuels. Cet article propose de présenter une nouvelle méthode de mesure de la perméabilité gazeuse effectuée en conditions réelles subies par le couple emballage-produit. Les développements expérimentaux proposés ici peuvent avec intérêt se plier aux travaux de recherche collaboratifs et démontrent que l’aliment a désormais un rôle actif à jouer dans l’activation des phénomènes de transport gazeux de matériaux sensibles à leur environnement (eau). Mots clés : emballage, acétate de cellulose, biosourcé, perméabilité, respiration, fruits, légumes, atmosphère modifiée

GLOPACK : des solutions durables et innovantes dans le domaine de l’emballage alimentaire

Le projet GLOPACK (Granting society with LOw environmental impact innovative PACKaging) a été officiellement lancé en juin 2018 à l’Université de Montpellier. Ce projet a été financé dans le cadre du programme européen Horizon 2020 et réunit 16 partenaires (académiques et privés). Il a pour but de réduire l’impact environnemental des emballages alimentaires tout en prolongeant la durée de conservation des aliments. GLOPACK vise à développer des emballages alimentaires qui puissent être à la fois biodégradables, actifs et intelligents. La biodégradabilité en milieu naturel sera assurée grâce à l’utilisation de bio-polyesters produits à partir de résidus organiques des industries agroalimentaires à l’aide de consortium bactériens dédiés. Les emballages GLOPACK pourront également être actifs, pour mieux préserver les aliments et prolonger leur durée de vie et intelligent, grâce à l’utilisation de la technologie RFID, qui permettra d’informer directement le consommateur sur la dégradation et donc la qualité des aliments. L’acceptabilité du consommateur est un élément important à considérer pour permettre l’essor de ces emballages innovants en rupture avec l’existant (couleur foncé, pas de transparence, etc.) Mots clefs: emballages durables, biodégradables en conditions naturelles, home-compost, actifs, étiquettes RFID intelligentes

L’approche FMECA pour la gestion des risques de contamination par des substances issues des matériaux au contact des aliments

Les matériaux au contact des aliments, et en particulier les emballages, sont régulièrement sujet à des crises sanitaires (ex. crises du bisphénol A, des huiles minérales, ...) qui alimentent des controverses scientifiques. L’Analyse quantitative des Modes de Défaillance, de leurs Effets et de leur Criticité (AMDEC), très utilisée par l’industrie aéronautique et électronique, a été spécifiquement transposée aux matériaux d’emballage en contact direct ou non avec les denrées alimentaires. Cette nouvelle approche permet de tester des scénarios de transfert, vers les aliments, de substances issues de composants d’emballage (film, colle/adhésif, joint, encre…) afin de préparer des réponses possibles, et des hypothèses qui pourraient à l’avenir prévenir des crises majeures dans la chaîne d’approvisionnement des denrées alimentaires emballées. La normalisation des données de migration potentielle par les seuils toxicologiques acceptables permet d’évaluer la criticité d’un ou plusieurs composants d’un emballage, d’une ou plusieurs substances d’un matériau, d’une ou plusieurs étapes d’un procédé de fabrication (ex. stérilisation, stockage), et ainsi d‘analyser la causalité entre design, pratiques industrielles ou domestiques et risque de de contamination. L’approche est systématique et à même de gérer de manière préventive les contaminations croisées et l’utilisation de matériaux recyclés, innovants ou issus de la valorisation des coproduits. Mots clés : migration, modélisation, sécurité sanitaire, analyse de risque, matériaux au contact des aliments (MCDA)

Les utilisations potentielles de l’ozone en agro-alimentaire

L’utilisation de l’ozone en agro-alimentaire connait un regain d’intérêt de par la volonté des professionnels de substituer les biocides conventionnels par un biocide ayant de nombreux avantages au niveau environnemental. Cette tendance a conduit ACTALIA a participé à un FUI (2015-2019) piloté par SUEZ et visant à étudier la faisabilité de l’ozone en phase aqueuse comme substitut au chlore pour le lavage des salades prêtes à l’emploi. Ce FUI a permis à ACTALIA de développer une expertise analytique et technologique sur l’ozone et de tester d’autres applications potentielles en agro-alimentaires et notamment comme biocide dans l’opération de désinfection des ateliers et des équipements en substitut des biocides alimentaires. Le présent article présente quelques caractéristiques générales de l’ozone et des données scientifiques obtenues par ACTALIA. L’ozone est une technologie mature au niveau industriel qui présente un potentiel intéressant en agro-alimentaire.