Consulter un spécimen

Couverture de la revue IAA

NOS ARTICLES

Voir tous les articles

Les défis de l’alimentation durable pour les entreprises agro-alimentaires

Le système alimentaire actuel doit faire face à de nombreux défis sociétaux, qui amènent les filières et les entreprises à reconsidérer leurs pratiques sur toute la chaîne de valeur, afin de mieux répondre aux besoins des populations et ainsi s’inscrire dans une transition alimentaire, en synergie avec la transition écologique et la transition énergétique, et répondre aux exigences qui s’imposent à elles en matière de durabilité. L’avènement d’une chaine de valeur alimentaire durable implique la collaboration des différentes parties prenantes de cette chaîne, afin de s’approprier collectivement les concepts de responsabilité sociétale des entreprises (RSE), d’économie circulaire, d’écoconception, d’achats responsables, de bioéconomie, d’écologie industrielle. Les défis sont en effet multiples : optimiser la gestion des ressources dans les procédés de transformation en lien avec le territoire tout en assurant un engagement responsable, faire évoluer les modèles de production et de distribution et l’offre « produit » et répondre aux nouvelles attentes et aux nouveaux comportements des consommateurs. Mots clés : Système alimentaire, durabilité, agro-alimentaire, alimentation, économie circulaire, transition alimentaire, bioéconomie, responsabilité sociétale des entreprises, écoconception.

Exemple de stratégie de réduction de l’eau par l’analyse du pincement dans la conservation des légumes

Dans l’industrie agro-alimentaire, la mise en oeuvre d’une gestion durable de l’eau est devenue, plus que jamais, d’actualité. Le contexte environnemental, économique et réglementaire impose une panoplie de mesures afin d’économiser, autant que possible, les ressources en eau et de minimiser les effluents rejetés dans l’environnement. À l’échelle du territoire, le management des ressources en eau est également devenu une priorité pour faire face aux aléas climatiques. Ainsi, les usines agro-alimentaires doivent s’adapter en développant une stratégie systémique de réduction de l’usage d’eau, qui va au-delà de l’optimisation d’une opération unitaire. La méthode du pincement apporte une réponse très prometteuse à cet enjeu. Jusqu’à très récemment, elle était utilisée uniquement pour optimiser l’énergie. Cet article explique son application pour faire des économies d’eau rapides et réalistes. Des études de cas industrielles sont également discutées pour démontrer l’applicabilité de la méthode du pincement eau.

L’amélioration de la performance environnementale globale par l’évaluation environnementale

L’analyse du cycle de vie permet d’évaluer les impacts environnementaux de la production, l’utilisation et la fin de vie d’un produit alimentaire, et d’évaluer les gains potentiels dans une démarche d’écoconception. L’évaluation environnementale, tout comme la démarche d’écoconception, peut être réalisée à différentes échelles (opération unitaire, entreprise, filière). Des référentiels et des outils de calcul sectoriels existent désormais et permettent aux acteurs économiques des filières d’être de plus en plus autonomes dans leurs démarches d’évaluation et d’écoconception. Cette analyse environnementale, que les pouvoirs publics souhaitent utiliser comme base à l’affichage environnemental des produits alimentaires, nécessite de disposer de bases de données environnementales qu’il convient d’utiliser avec précautions, notamment à des fins d’information du consommateur et de comparaison d’aliments. Bien que fiable et robuste pour évaluer la performance environnementale de la production des aliments, la méthode présente encore certaines limites pour l’évaluation des systèmes alimentaires et la consommation des aliments.

 L’analyse du cycle de vie permet d’évaluer les impacts environnementaux de la production, l’utilisation et la fin de vie d’un produit alimentaire, et d’évaluer les gains potentiels dans une démarche d’écoconception. L’évaluation environnementale, tout comme la démarche d’écoconception, peut être réalisée à différentes échelles (opération unitaire, entreprise, filière). Des référentiels et des outils de calcul sectoriels existent désormais et permettent aux acteurs économiques des filières d’être de plus en plus autonomes dans leurs démarches d’évaluation et d’écoconception. Cette analyse environnementale, que les pouvoirs publics souhaitent utiliser comme base à l’affichage environnemental des produits alimentaires, nécessite de disposer de bases de données environnementales qu’il convient d’utiliser avec précautions, notamment à des fins d’information du consommateur et de comparaison d’aliments. Bien que fiable et robuste pour évaluer la performance environnementale de la production des aliments, la méthode présente encore certaines limites pour l’évaluation des systèmes alimentaires et la consommation des aliments. 

Sommaire du dernier numéro

Performance environnementale des entreprises agro-alimentaires


Focus : Manutention, stockage, logistique, intralogistique


L'agenda de la profession
Et toutes nos rubriques habituelles...

Voir tous nos fournisseurs

NOS ACTUALITÉS

Voir tous les actualités

Good Goût poursuit son développement

Lancé en 2010, Good Goût, la marque référente d’alimentation bio pour enfants, poursuit sa croissance, grâce notamment au soutien du Groupe multimarques H&H (Health and Happiness). En juillet 2018 la marque a rejoint H&H, spécialisé dans la...

Vue de la revue dans une tablette et un mobile

ACHETEZ ET CONSULTEZ
en ligne l'article qui vous intéresse

ABONNEZ-VOUS

en ligne à la revue